Solveigrobbe

Athis de L’orne

Quelques images d’une intervention dans le collège de ce si petit mais tout de même très généreux village.
Les enfants, en tentant de se frayer une place, un chemin à leur tour forment une rosace autour de la feuille sur laquelle je leur propose d’intervenir.
Le corps dans cet espace devient outil et se mêle à d’autres dans une rencontre nécessaire. Nous en arrivons à des formes de contacts fortuits,
la pièce devient la scène de cette chorégraphie engendrée par le simple exercice de la rosace tracée au sol et à la main…
130128 AthisdeL'OrneInterventionSolveigRobbe_6130128 AthisdeL'OrneInterventionSolveigRobbe_7130128 AthisdeL'OrneInterventionSolveigRobbe_12130128 AthisdeL'OrneInterventionSolveigRobbe_19130128 AthisdeL'OrneInterventionSolveigRobbe_27130128 AthisdeL'OrneInterventionSolveigRobbe_33130128 AthisdeL'OrneInterventionSolveigRobbe_37

Cloche

Mexico Canon

Voici un extrait d’une répétition avec le quatuor vocal formé à Colombelles au cours de ma résidence avec Transat Vidéo,
Voyez-vous!

Quelques images des expositions à Colombelles

Une expérience sur un territoire éparse, la tentative d’une lecture l’un territoire aride,
complexe, douloureux.
Lire un territoire, c’est un peu comme partir à la recherche des humains qui le constituent.
Tenter de décrypter les codes de cet espace, changer notre regard, ne jamais s’arrêter sur un état des lieux.
Construire notre propre histoire éphémère, et trouver notre place, pour continuer d’exister;
Cette année, le temps fut composé, et décomposé, des allées et venues dans les lieux qui nous accrochent :
une église désacralisée, des bistrots, des écoles, des terrains vagues en friche, des locaux publics, d’autres moins.
S’incruster dans les vies des habitants, êtres invités, partager des festivités avec le groupe d’humain formé et ensemble.
Tenter de former un groupe, des groupes. Multiplier des relations humaines et sociales, vivre un plein.
Avoir le sentiment que nous allons dans le même sens. l’union nous rend semblables.
L’image sociale que nous portons nous rend semblables.

Puis,
l’unique, l’irrémédiable altérité comme réponse et conclusion.
C’est peut-être ça, Colombelles, c’est l’Autre : l’autre côté de Caen, l’autre côté de l’orne et du canal, l’autre côté social.
L’autre côté d’une ère industrielle déchue.
L’autre côté un peu rejeté, un peu mal mené, depuis des années. Un sentiment d’abandon.
Maintenant que notre implantation « implication » est échue, c’est à notre tour de partir.

Les personnes que j’ai rencontrées, les terrains que j’ai arpentés, les lieux que j’ai fréquentés,
les journées pleines de vie et de vide à la fois. Les trois amis, les trois chanteurs, trois identités uniques,
éparses, complexes, volatiles, attachées, attachantes, vivantes. Créer une histoire, vivre une expérience,
éprouver la joie d’une forme qui se déploie de cette union par la voix. Arriver dans un quotidien et l’avoir transformé,
juste pour une seule année…

Restitution de la résidence à Colombelles

Pour la restitution de cette longue expérience auprès de la population de colombelles, les recherches sonores, l’écoute des divers acteurs de la musique sur le territoire, la prise de contact avec des chanteurs amateurs, le développement d’un travail de composition expérimentale, et dans un mouvement d’aller retour entre l’histoire intime et le vécu présent de ces rencontres,
trois points de rendez-vous sont proposés sous forme de mini-concerts.
Par conséquent pas d’excuse pour ne pas venir nous voir au moins un de ces trois jours!
Vendredi 19 Octobre, au chœur de la salle des mariages de la mairie de Colombelles :
Répétition publique du Quatuor Vous chantiez, nous chantons, ils chantèrent
Samedi 20 Octobre, Salle des mariages de Colombelles aussi :
Spectacle du Quatuor chanté et conclusion de 3 mois de travail en groupe!
Dimanche 21 Octobre, Eglise st Martin (bas de Colombelles près de l’orne) :
Performance vocale à durée variable… Toute seule!

En résidence

De la prononciation des voyelles et consomnes dans la structure du chant.

Le chant lyrique, c’est beau. Enfin, d’une part car cela sonne dans nos oreilles, résonne, en harmonie ou en disharmonie. Puis c’est chic, c’est, dit-on un savoir faire vocal. Une recherche de l’excellence.
Le fait est qu’on ne discerne pas toujours les paroles, les voyelles ouvertes, les consonnes à peine prononcées. Un O comme « pomme », pas le « Ho! » mécontent mais le « oh » doucement et agréablement surpris. Une certaine prononciation est de mise lors de l’étude du chant lyrique. La structure, on l’entend, l’écoute, la prend, la mange, la mâche, l’absorbe, pour mieux l’appréhender. Se rapprocher au mieux d’une structure d’un rythme, d’une mélodie, d’un contenu; lui donner du sens. LEQUEL? Celui du Chant bien sur.
Reprenons, la mâchoire bien ouverte, bien détendue, le corps mobile, voluptueux, mais fier, haut, « imagine le fil que tu as de tes pieds au haut de ta tête ». STELLAIRE. Alors on s’amuse à se mettre des images dans la tête. On les fait voyager pour que le visage s’ouvre, circule, roule, roucoule. On roule les « r » tout en gardant son propre axe. On tourne en rond, pour faire circuler des ondes dans son propre petit crâne. « Voix de tête »…
http://www.festesdethalie.org/BAROC/chant.html

Hélène et Laura

Belle occasion de tester cette nouvelle chanson de l’amour face à un véritable public, dimanche 22 julllet, à Boogie woogie, friperie à Caen. Ce soir là, il y avait des surprises dont un poème court de Camille Bondon Contente, un groupe Belge et Japonais Alek et les japonaises, et un duo de vocalises, en cours et strident (recherches actuelles menées sur la pratique de la vocalise voyelle dans la musique classique, contemporaine, populaire…).

Croisements

Une série de dessins en cours, tirés de ma banque de photographies. Répertoriés en groupes, selon la forme que les mouvements corporels des sujets engendrent…

Concours « photo » sur le thème des « résaux sociaux »

Trois clichés, c’est couper les 29 produits au mois de novembre, mais c’est mieux que rien.

http://www.concours-photo-fnac.com/albums/sdoug-profils-de-joie.html